Ecole de course d'orientation

Adhérez à Vikazim


mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
70
Hier :
1522
Semaine :
70
Mois :
21719
Total :
700429
6 utilisateurs en ligne
-
6 invités


Caen-logo.jpg




Défi des 3 Vallées : Le parcours d'orientation

La CO longue a été faite en 28 mn par un expert et 37 mn par un orienteur bedonnant pour 6.7km sous le trait. Pour un néophyte, il faut compter une heure. Sur cette CO, il y aura un passage sur les remparts dont une partie ne possèdent pas de parapet  sur 20m donc prudence. Ce passage ne sera pas emprunté par la CO courte.


Comme le circuit explore le château médiéval de Creully, il faut se rappeler que des pointillés sous une surface indique un passage sous cette surface. Sur l'image donnée ci-dessous, il s'agit d'un passage sous le pont levis du château.

 

Une légende spécifique est nécessaire pour cette urbaine :

Le symbole Végétation interdite appelé vert 4 est spécifique aux cartes urbaines. Il s'agit, en général, de zones fleuries  donc interdiction absolue de les franchir sous peine de disqualification. Idem pour le contour infranchissable, même si celui-ci est franchissable physiquement.

 

N'oubliez de vous inscrire pour être sur d'avoir une carte le 2 juillet.

Commentaire (0) Clics: 392

Le Défi des 3 Vallées

Le 2 Juillet 2017, Vikazim propose à tous une journée sports d'orientation à Creully. Au programme, 3 activités cumulables en fonction de votre forme physique. Ces épreuves peuvent se pratiquer en solo ou en duo en fonction des formules choisies. Une chasse aux trésors pour les plus jeunes est proposée (parcours CO débutant).

 

Une gestion électronique de l'épreuve est proposée pour les participants ayant fournit un certificat médical lors de l'inscription. (Les licenciés FFCO et les participants au Caen c'est Raid 2017 ayant déjà fournit un certificat en sont dispensés). Des doigts SI seront prêtés sur place si dépôt d'un chèque de caution de 60€. Seuls les certificats mentionnant non contre indication du sport (où course d'orientation) en compétition sont valides.

Les activités proposées :

  • Parcours d'orientation pédestre sur une nouvelle carte IOF de 1.5Km2 (parcours 4Km et 6.5Km)
  • VTT'O suivi d'itinéraire (~20Km)
  • R&B'O (duo) ou VTT (solo) (~10Km)

Toutes les combinaisons sont possibles : CO, R&B'O, VTT'O, CO + R&B'O, CO + R&B'O + VTT'O, CO + VVT,......

 

Tarif :

  • Chasse aux trésors 4€/la carte (10€/famille)
  • 1 activité : 6€
  • 2 activités : 10€
  • 3 activités : 12€

-2€ pour les licenciés

Inscription individuelle sur le site de Vikazim. Les Duos seront constitués au départ de l'épreuve. Les restrictions pour la participation en solo des jeunes ne s'appliquent pas aux licenciés FFCO (contacter les organisateurs).

Le paiement s'effectue soit par chèque bancaire soit par virement d'argent paypal. Dans les deux cas devront figurer avec le paiement le nom des personnes et les formules choisies. L'inscription est valide lorsque le paiement est reçu.

Adresse pour le chèque : Eric Pigeon  5 rue des écoles   14480 Creully

Adresse mel pour l'envoi d'argent par paypal : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 Lien pour l'inscription : ICI

 Début de la journée :  8 h 00, horaires libres pour le départ (max 10h00). Planifier votre horaire de départ en fonction de votre formule.

Fermeture des circuits : 12h30

Lieu : Stade de Foot - Collège de Creully.

Pour toute question, laisser un commentaire sur facebook ou un mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Commentaire (0) Clics: 557

1ère manche du championnat de fin de saison

Hier avait lieu la 1ère manche du championnat de fin de saison à Grimbosc organisée par Eric P.

21 concurrent-es se sont lancé-es sur un circuit bleu ou violet.

Les résultats

Le détail du violet (merci à Benoit)

la trace d'Ewen vainqueur sur le circuit violet, il est trop fort

 

Commentaire (0) Clics: 500

Ultra-Trail du Pas du Diable 29-30 avril 2017 par Mr Steph

Alors voilà, je viens de mettre le pied sur la ligne d’arrivée… Il tombe des cordes ! Il est 9h30, je cours depuis 29h30.

Mais voilà comment tout a commencé. Janvier 2017, je m'inscris sur l’ultra Trail Du Pas du Diable (bizarre l'intitulé, ça je vais le comprendre plus tard) qui se déroulera le samedi 29 avril 2017. Après 3 mois d'entraînements et 1050 km de course, 27.000 m de d/+ sans compter  les  800 km de VTT et toutes les autres sorties rando ....

Ça y est, nous sommes le jeudi 27 avril, il est 13h, nous sommes dans la voiture direction Saint du Bruel dans l’Aveyron. Vendredi 28 avril au matin petit briefing avec ma chérie. Nous checkons le matériel à prendre en fonction du temps, les ravitos solides et liquides, le temps que  je vais mettre entre chaque ravito, et des bisous pour les encouragements. C'est bon pour le moral. 

Samedi, 3h30 du mat’ sur la ligne de départ, après avoir dormi 2 h. Le stress comme d'habitude.  Sandra m'encourage, moi je rentre dans ma bulle, la journée va être longue et exigeante, mais c'est que du bonheur. Au départ, comme prévu, le diable arrive comme suspendu dans le vide, visible de tous. Il nous rappelle les consignes de sécurité et nous informe que les gagnants des années précédentes ne sont pas revenu… et ce n'est pas pour rien. C'est moche ça va piquer !!! 

Le top départ est donné. Nous partons comme des diablotins avec des bâtons en guise de cornes. Les premières heures se font de nuit. Le premier ravito n’est pas accessible pour les accompagnants. Je retrouve Sandra avec ¾ d’heure d’avance au deuxième ravito, au 21ème km, après 1.200 m de D/+. Le parcours est accidenté. Les descentes, avec beaucoup de monotraces, ne permettent pas de doubler des singles track. Des genêts qui recouvrent le chemin m’empêchent de savoir où je mets les pieds ! Ca descend à pic !  Un quart d'heure d’arrêt. Je ravitaille en eau et en barres salées et sucrées (fabrication maison). Je change mes buffs. Il fait jour, mais je garde ma frontale, nous allons traverser des grottes de folie. 

C'est reparti pour 12 km avant le prochain ravito. Parcours très technique mais très sympa. Un paysage très vert. Nous traversons la grotte de Saint Firmin. Nous devons utiliser des cordes pour y accéder mais également pour en sortir, au milieu de la forêt… comme pour renaître de terre. C'est beau, hein tintin ,ce que je dis. Le troisième ravito au Touquet n’est pas accessible pour Sandra. Tu m’étonnes ! Personne pour nous accueillir. Des bouteilles d'eau sont posées sur un gros caillou au fond d'un trou au milieu de la forêt. Ils ont du les déposer en hélicoptère.

Et c'est reparti pour 12 km jusqu'à Camprieu. Toujours aussi vert ! L’entraînement paye. Je suis très facile dans les montées. Nous traversons la grotte de Bramabiau en courant. Je suis émerveillé.  Les cascades qui sortent de la roche sont mises en scène par des jeux de lumières. Déjà le 41ème km. C’est le ravito de Camprieu où nous sommes accueillis dans un grand gymnase. 15 minutes d'arrêt. Ravito solide et liquide. Je change de tee-shirt et je mets ma visière puisque le soleil donne déjà beaucoup depuis ce matin. Sandra a passé son temps à m'attendre en jouant avec un border Collie qui ne demandait que ça ! 

Et hop en marche !  (Merde Ça me rappelle Macron). Je suis avec un groupe de trailers qui discutent. Je les double… pour m'apercevoir au bout de 200 mètres qu'ils se sont trompés. Putain la misère… 2 km supplémentaires et du dénivelé en plus… 20 minutes dans la vue. Heureusement que je suis un bon orienteur. Hein Eric !!! Depuis 2 h je me sens bien. Je traverse la forêt qui débouche sur une route à traverser et là, qui je vois assise sur le bord tranquillement au milieu de nulle part… Sandra qui encourage les traileurs. La belle vie quoi !! A la sortie d'un petit village nous devons passer une buse très exigue en nous allongeant  pour ramper.

Déjà 63 km au compteur. 11h30 de course. Il est 15h30. J'arrive au ravito de Dourbie en courant sous les applaudissements de la foule en liesse ! Ravito, massage, changement de tenue. Je suis dans les temps que j'avais prévus. Merci mon cœur.Après une pause de ¾ d’heure je me remets en marche. Vive Macron !!! Je donne rendez-vous à Sandra au prochain ravito dans 10 km. En repartant… 580 m de D/+ droit dans la pente… Ca pique !!! Nous longeons la crête sur 1 km. En me retournant je découvre Dourbie. Vue magnifique de ce village au milieu de la vallée. Le soleil est toujours au rendez-vous. Je sens que les montées sont un peu plus difficiles qu’au départ… Normal ! J’ai déjà pris 3300 m de D/+ dans les jambes ! Malgré tout je suis en forme, le paysage est vraiment magnifique. De moins en moins de vert… et de plus en plus de caillasse !!! Nous empruntons les traces d'un trail que j'ai déjà fait, les Templiers. Je vais me répéter, désolé mais le paysage et toujours aussi beau.

Ravito des Laupies après 74 km et 14 heures de course. J'arrive sur un point d'eau installé sur une table en vrac et en plein vent. Heureusement, Sandra est là. Ma chaise est prête, je me change, je bois, je mange, je la bouscule elle ne se réveille pas comme ... Vous devez connaître la suite. Une petite douleur intestinale me rappelle qu'il va falloir que je fasse quelque chose. Problème.... pas de toilettes.... et pas d'endroit pour se cacher. Alors entre deux arbres, à la vue de tout le monde, installé, accroupi, sur ce qu'il me reste de jambes, le cul à l'air ventilé par l'air des Cévennes... je pousse !!! Je m'en fou ! Je ne connais personne ! L'affaire finie je prends la direction d'Aumessas pour 11 km !
Heureusement que j'avais prévu ma frontale puisque je vais arriver de nuit. Plus grand chose à raconter sur le paysage puisque je ne vois plus qu'un mètre carré devant moi ! Des montées et des descentes dans les cailloux, des cascades pour ne pas tomber, des petites douleurs me rappellent que je vais arriver au 96ème km à Aumessas.

Au ravito,  ma team m'attend : Sandra, mon kiné et sa femme. Eh oui, je ne vous ai pas dit... mon kiné s'est inscrit sur le 60 km dont le départ commence au 60ème km du 120 ! Et ça va avoir son importance.... Au programme massage par Xav', bonne humeur par Marie et ravitaillement par Sandra. Je me restaure et je m'équipe pour la nuit qui va être froide très ventée ! Xav m'explique le parcours d'enfer des 30 derniers kilomètres... et là.... le nom de cet ultra prend tout son sens : l'ultra du pas du diable ! Avant de repartir j'interpelle un coureur qui était sur le point d'abandonner malgré les encouragements de sa femme et de ses enfants : "On y va ? Tu es prêt ?" Il s'appelle Stéphane et après 5 secondes d'hésitation il décide de me suivre. Xav nous ouvre le chemin pendant une dizaine de minutes pour s'assurer que nous sommes sur la bonne voie. Marie et Sandra ferment la marche. Il est 00h30 !
Premières réjouissances 9 km de montée dans la caillasse et 1000 m de D/+ à absorber. Suivi d'une descente à pic très technique recouverte de genêts sans possibilité de savoir où on met les pieds. Puis  un pierrier ultra technique, et comme dirait un copain "c'est que le prénom !". Et pour terminer cette première partie une descente en rappel dans de la terre mouillée et très glissante à travers la forêt.  Nous remontons 560 m de D/+ pour arriver sur une crête où des rafales de plus de 100 km/h de vent nous accueillent. Et petit bonus : la pluie nous fouette le visage. Sans oublier le brouillard qui nous oblige à rester concentrés pour suivre le balisage. Quel plaisir peut-on trouver à courir quand on ne voit rien… Nous le saurons après : le département venait de passer en vigilance orange ! J'ai eu peur à chaque ravito qu'on nous annonce que la course était arrêtée. Donc Stéphane et moi avions décidé de ne pas dire aux bénévoles dans quelles conditions se faisait la course. Déséquilibré par le vent, je suis tombé plusieurs fois. La traversée des forêts n'est pas rassurante. Le bruit des arbres à cause du vent nous inquiète. 

Pour nous faire arriver au ravito de Jaoul 105ème km officiellement (mais 112 km en réalité) sous une tente improvisée avec beaucoup de chauffage. On se ravitaille rapidement. Et là je vois que les bénévoles sont inquiets de nous laisser partir. Il n'y a pas de diable sans enfer. Et je n’ai pas fait 900 km pour un petit vent du nord. Pas facile de sortir de la tente tellement le contraste est saisissant. La pluie et le vent sont toujours au rendez-vous. Nous allons descendre jusqu'à l'avant-dernier point d'eau improvisé dans un garage. Cette descente se fera à travers les bois sur une patinoire de gadoue. Un bénévole nous indique que le prochain et dernier ravitaillement est dans 3,5 km.... finalement c'est 8 km ! Et 500 m de D/+. Alors que je ne m'y attendais pas, Xavier est là... dans la forêt, venu à notre rencontre. Content de le voir je suis persuadé que nous arrivons au ravito du Prat... Mais non, il m'annonce qu'il vient de marcher pendant 20 min ! Nous le suivons et rejoignons Sandra et Marie un peu plus loin.

Le ravito du Prat est dans une grange où nous sommes accueillis par un feu de cheminée très agréable après cette nuit de folie. Ce ne sont pas les flammes de l'enfer ! Elles nous réchauffent pendant ces quelques minutes d'arrêt. Après m'être complètement changé nous repartons derrière Xavier et suivis de Sandra et Marie pour les 7 derniers kilomètres. Deux grosses montées suivies de deux grosses descentes dans la gadoue, ça change.... Mais la bonne humeur est toujours au rendez-vous malgré ces conditions difficiles. Mon coéquipier Stéphane ne peut presque plus courir et il me parle souvent d'abandon. Alors j'organise un petit fractionné pour tenter de le faire courir un peu : 1 min de course, 1 mn de marche... mais malheureusement ça ne dure pas longtemps.... il est rincé ! Ça fait un moment qu'il me dit de ne pas l'attendre... mais impossible pour moi, même si je suis en "forme"... nous sommes ensemble depuis le 91ème... alors on va finir ensemble ! Les minutes passent... et l'arrivée approche ! 
Comme les organisateurs pensent certainement que nous n'allons pas être fatigués après plus de 120km.... ils nous font descendre dans un petit tunnel les pieds dans l'eau. Après tout… ben pourquoi pas ! Nous arrivons tous les deux et terminons en courant ! Bien évidemment ma team est là. L'émotion est au rendez-vous. 29h et des cailloux....
Après vérification de ma montre.... j'ai parcouru 130 km et 7000 m de D/+ ! Le speaker confirme une petite erreur de balisage.... moi je dirais plutôt un coup du diable !!!! 10km de plus et 500 m de dénivelé positif en plus.....
Belle course et une aventure humaine ! 

Merci à mon cœur d'avoir "supporté" tous ces week-ends d'entraînement à Clécy ! Merci d'avoir été là. 
Merci à Xavier pour son soutien, ses conseils et ses mains magiques. 
Merci à Marie pour ses encouragements et son sourire. 
Merci à ma fille qui a été à mes côtés pendant toute la course.
Merci à mes beaux-parents et parents de m'avoir supporté dans cet "enfer".
Merci à mes amis pour leurs encouragements sur les réseaux.

PS : Le 30km du dimanche a du être raccourci à 25km en raison des conditions très difficiles… puis finalement stoppé par le préfet…. Ouf pour le 120 !!!! N’hésitez pas à aller voir le Facebook de l’Ultra Pas du Diable. Sur la vidéo 30km façon mud day. Ca vaut le détour.

Commentaire (5) Clics: 696

CHAMPIONNAT DE FIN DE SAISON

Pré-inscription pour Vendredi 19 mai : ICI

 

Pour la clôture de saison des entrainements de leur école de course d'orientation, Vik'azim met en place un championnat de fin de saison. L'Orientation Caennaise organise un championnat similaire : les P'tites Co du mercredi. Certaines dates étant communes, les deux clubs vont unir leurs efforts pour vous proposer 7 courses pour cette fin de saison.

Les licenciés et non licenciés sont invités à participer à ces 7 journées qui se voudront ludiques et sportives.

  • Mercredi 10 mai 17h30 parking du chêne Guillot en forêt de Grimbosq (Organisation Vik'Azim)
  • Vendredi 19 mai 17h30 parking chêne Guillot en forêt de Grimbosq (Organisation Vik'Azim)
  • Mercredi 24 mai à la vallée des jardins (Caen) (Organisation Orientation Caennaise)
  • Mercredi 31 mai au campus 1 (Caen) (Organisation Orientation Caennaise)
  • Samedi 3 juin Parking de la Flague en forêt de Grimbosq (Co-organisation)
  • Mercredi 7 juin à la colline aux oiseaux (Caen) (Organisation Orientation Caennaise)
  • Mercredi 14 juin au bois du Biez (Mondeville) (Organisation Orientation Caennaise)

LE REGLEMENT CHAMPIONNAT :

  • Les manches auront lieu de 17h30 (premier départ) à 20h00 fermeture des circuits et/ou le samedi de 10h00 à 12h00
  • Le classement se fait à l’indice IP :

                                             IP= Temps en seconde du concurrent/Temps en seconde du vainqueur

L’indice IP final est calculé en faisant la somme des 5 meilleures manches. Le vainqueur est celui qui aura le plus petit indice IP final à la fin du championnat (idéalement 5).

  • Il y a 3 classements : Homme (16+), Dame (16+), Jeune (16-). Les vainqueurs de chaque classement (non Vikazim) gagnent une participation gratuite au défi des 3 vallées (raid multisport du 2 juillet 2017 à Creully).
  • Pour les non licenciés, la participation est de 4€, licenciés FFCO, FFSU, UNSS : 2€. Chèque de caution à prévoir pour le prêt d'un doigt SI.

 

Commentaire (0) Clics: 874

Compte rendu : Raid de l'Arche par Manu et Benoit

C’est toujours un plaisir de savoir que l’on part courir, avec les copains. On va discuter sur le trajet, beaucoup, on va s’amuser sur le parcours, un peu, et se faire du mal, un peu aussi. Est-ce à ce stade que l’on doit consulter ?

 

C’est samedi et à mesure que nous nous rapprochons de la ligne de départ la température baisse, frôlant les 2°C. Sur le parking, Seb et Fred arrivent le frein à main du WV serré et les Vélos Giant en bandoulière. On ne peut pas leur reprocher de se faire remarquer… ils fréquentent assidûment les podiums, et ils parlent admirablement bien dans le micro. « Quel bel esprit sportif » soulignera le speaker, à la fin du raid. Un peu plus tard Ludo et Julien arrivent dans un style plus soft.

 

On est super content de se voir. Seule l’équipe de Tours nous fait de l’ombre avec des doudounes Oranges vives brodées. Ça en jette ! On s’équipe, Benoit me prête une boussole, j’ai oublié la mienne en préparant le sac la veille. Un petit café, les formalités habituelles et c’est parti. On commence par un convoi VTT qui nous amène dans une prairie à l’orée d’une forêt.

 

CO relais fifi, qui démare par un trail balisé jusqu’à la prise de carte, Ben part le premier tout comme Fred, ils reviennent en pole position, je prends la seconde carte et je croise deux biches dans le trail. « Vous faites le raid ? » même pas calculé les bourriques ! Ça me met du baume au cœur et je ne rentre pas trop mécontent d’avoir pris tous les postes avec une assez bonne vitesse.

 

Prise de carte VTT O Arche Guelor, on enfourche les vélos. On attaque la carte par le nord direction  CO Papéa, on cherche la 13, qui n’a pas de boitier, ni de toile c’est juste le départ ! On accède à la CO Papéa (une CO dans un parc d’attraction), première épreuve et pas des moindre, il faut traverser un cours d’eau avec un niveau qui se situe à la ceinture pour les plus petits. La Température est fraiche, il n’est pas encore 10h qu’on profite déjà de la piscine … ce luxe ! Pour cette CO il s’agit de précision, avec deux toiles par poste : il faut prendre la bonne. Ben maitrise le sujet. Et sur le poste 1, un azimut distance sur un A4 que nous ne verrons pas, on l’apprendra à la fin du raid…  Sortie du parc, par le pédiluve XXL, on apprécie…

 

Ça repart sur la carte VTT O Arche Guelor, 9 8 11 7 ; Tout roule. Départ Run and Bike et je me dis que je vais faire beaucoup de vélo, car Ben court aussi vite que je pédale. La carte est propre et bien lisible on ne fait pas d’erreurs, on alterne gentiment. « C’est quoi ce r’n bike on a à peine couru » remarque Benoit ; « j’adore ça le r’n bike », on aurait pu dire un enfant devant une vitrine de pâtisseries.

 

Un peu de vélo. 10 6 14 On se retrouve dans une autre boucle dans laquelle l’organisation nous propose une CO et une VTT’O. On commencera par la CO urbaine, Benoit reprend les commandes et c’est très bien, je peux ranger la boussole, penser en combien peut se plier une carte de CO et me concentrer sur la course, |[{\^@#]@^\|[{#  de course à pieds, où je demande à Benoit de ne pas aller trop vite au risque de me perdre. Et la 9 est sur une buse qui traverse la route, on s’obstine à regarder  du mauvais côté, on tourne, on vire et les tontons flingueurs  viennent à la rescousse «  de l’autre côté les gars ».  On s’en veut un peu, 4/5 minutes de solitude, mais à notre décharge ni Ben ni moi ne travaillons dans les TP !

 

Retour au départ et hop on se déshabille, une couche en moins, il fait beau et chaud (contrepèterie belge), Ben me tend la carte et me dis « Tu vas aimer ».  Claudia Cardinale en petite tenue ? Non, les 30 km annoncé de VTT’O. Rien de bien spectaculaire, je passe devant histoire de dire que je fais un peu le boulot, Ben très lucide m’indique un passage au travers du lotissement, il y a de la route et du vent, on ne lâche pas l’affaire, parfois c’est du sable, alors c’est plus tirant, Ben prend des relais, on revient au point de départ. En fait ces cartes où il y a des postes partout, à moins de faire du n’importe quoi, produit un effet focus autour de la distance. Et je suis convaincu que tout le monde aura au compteur les 30 km annoncés. La grosse différence c’est le physique de rouleur, à ce niveau on semble être dans le coup.

 

Retour sur le Guelor 5 4 3 2 1 12 CO château. Tout va bien et c’est comme d’habitude, Ben prend les choses en mains, on traverse un champ, et je sens une attaque féroce derrière la cuisse. Bon an, mal an, entre les bains de boue et les orties ça passe et on rentre impeccable. Il y a un truc vraiment appréciable quand on fait équipe avec Ben, c’est qu’on peut ranger la bèche et les bottes en caoutchouc, parce qu’on n’est ni là pour acheter du terrain ni pour jardiner… ça file !

 

Le 2/3 de la course est derrière nous, on revient au point de départ du raid pour entamer la dernière boucle. L’organisation pointe les passages, nous sommes actuellement 6ème. Dans la minute qui suit, les 7 et 8ème arrivent. Ben regarde le classement provisoire, Fred et Seb 2ème, les 3, 4 et 5ème places semblent inaccessibles, on sera donc dans la bataille avec les deux équipes à nos trousses ! Elles ne tardent pas à repartir, de notre côté c’est ravito.

 

Et là c’est un suivi d’itinéraire en vélo, qui nous amène dans une base de plein air. Il y du monde sur la route, on commence à croiser des coureurs du raid découverte qui roulent à contresens ; à moins que ce soit nous ? On dépose les vélos, il y des cordes tendues au-dessus du cours d’eau ; ça vous rappelle quelque chose… Je vous garantis que je sors avec le col roulé et les raisins de Corinthe et même Claudia Cardinale ne pourrait rien y faire. Une petite CO, c’est pour …

 

… Ben qui regarde et dit (je le jure) «  c’est génial, je maitrise, je fais ça avec Eric tout le temps aux entrainements ! ». Certains cercles de balise sont disproportionnés, et il faut uniquement se fier aux defs. On croise les copains Vikaz, on s’encourage en gardant un œil sur les équipes qui nous précèdent, on a une grosse minute de retard, qui sera vite comblée. Ben est impérial, on joue au lapin terrier, un jeu qui consiste à se faufiler dans les trous de haies. Une équipe couleur grise est rouge est heureuse de nous avoir pour lièvre. Mais comme dans la fable, le lièvre bouffe la tortue, nique le loup, et se marie avec la cigogne. Un truc du genre. Et on lâche, les frelons asiatiques. On reprend un bain, ben crampe en descendant dans le filet, et puis l’eau froide et tout revient dans l’ordre, il sort le premier sur la berge, me tend la main. Ben est extrêmement serviable ! Une petite mémo VTT à peine drôle puisqu’on a la carte qui nous dit comment rentrer.

 

C’est presque fini, dernière VTT O plaine et surprise ! au poste 14 une dernière CO relais, sur les cartes CO Finale. Ben part le premier, il fait vite, je discute un peu, Fred partage son sandwich, je prends le relai. Je ne suis jamais très rassuré, je fais attention,  je commence par la 7, le chemin, talus, veget, sanglier, et puis je reconnais l’endroit c’est comme sur la carte, il y a tout comme il faut mais pas le poste. Je vais vérifier dans le trou, elle est bien là, enterrée. Je suis surmotivé. 9 impec, mais 10 il faut vraiment que je demande à la FICO de changer les codes couleurs, mettre du blanc quand c’est totalement dégagé, virer le orange (mais oui tu sais, c’est le soleil…), et puis du rose quand on peut courir en forêt, sans se piquer les gambettes… Bref heureusement qu’il y avait un jeune enfant sinon j’y serai encore. La 8 impec, je rentre. Ben me tend mon sac et m’aide à l’enfiler, je prends mon vélo.

 

Ben équipier modelissime. Il a compté les équipes, on est repassé 6ème, finalement pas si loin des autres Vikaz qui feront 2. On rêve ou quoi ? Ben prend la direction des opérations, ça se fera à bloc pour le retour, la meute et à nos pieds et j’en profite pour l’encourager. « A fond Ben ! ». On arrive, superbe course, on se congratule. Rien à se reprocher. Mais comme ce n’est jamais parfait … PM, à Papéa, ça se transforme vite en MS. (mauvais souvenir). Le verdict tombe, on passe de la 5ème à la 9ème place, dommage.

 

On croise les Vincent qui étaient sur le découverte, ils feront second (bravo les gars !), avec le même PM que nous (double bravo), décidément c’est de famille ! Et pendant qu’on mange passe la dernière équipe Vikaz, il leur reste une grosse heure de course. Désolé on ne vous a pas attendu pour renter à la maison.

 

Les podiums, les photos, les bisous.

 

Merci aux organisateurs, l’endroit est super chouette, et la course ultradynamique.

Merci Ben, merci les VIKAZ.

 

Les photos sur le drive

Et la trace de Ben, manque juste la dernière section VTT.

https://connect.garmin.com/modern/activity/1704606339

 

 

Commentaire (1) Clics: 435

Hilliger Media Shop
Template "mytown" designed by Hilliger Media (Copyright © 2011)